Visite des zones inondées le long du fleuve Mono au TOGO

L’an deux mille vingt-deux et les jeudi 22, et 23 septembre, la Direction Générale de la CEB a organisé une visite des communautés installées le long du Fleuve Mono, au Togo. Outre le DG et le DGA, la délégation de la CEB qui comprenait aussi le Directeur Technique, le Directeur du Barrage de Nangbéto, le responsable communication, était accompagnée du DGA de l’Agence Nationale de Protection Civile (ANPC) et certains de ses collaborateurs, du DG de l’Autorité du Bassin du Mono (ABM) et des autorités locales des préfectures concernées (Yoto, Bas Mono et Lacs).

Cette visite s’inscrit dans le cadre de l’inondation des zones riveraines au Fleuve Mono et vise à sensibiliser les populations et à leur exprimer toute la compassion des différentes structures impliquées dans la gestion du fleuve Mono face aux dégâts constatés.

Première journée (22 septembre 2022):

Arrivée à la Préfecture de Yoto, la délégation a été reçue par le préfet qui après avoir souhaité la bienvenue aux premiers responsables, les a remerciés pour l’initiative qui vise à se rapprocher des populations pour mieux prendre connaissance des difficultés auxquelles elles sont confrontées devant cette situation. Il a par ailleurs émis le vœu que cette visite puisse participer de l’extension du réseau électrique dans la préfecture pour le bonheur des populations. 

Le DG de la CEB a à son tour remercié le Préfet pour l’accueil et les dispositions prises pour le bon déroulement de la visite. Sur la question de l’extension du réseau électrique, il a précisé que la CEB n’est que transporteur d’énergie mais transmettra le message à son partenaire distributeur, la CEET.

Accompagnée par la délégation de la Croix rouge chargée de la préparation des populations aux catastrophes qui, pour l’occasion a servi de guide, la délégation s’est rendue à Tokpli. Arrivés sur les lieux, elle a pu constater le débordement du fleuve Mono. Selon les volontaires de la Croix-Rouge, ce débordement a été constaté depuis le 06 septembre, deux jours après l’ouverture des vannes à Nangbéto. Les agents de la Croix-Rouge ont expliqué la récurrence de ce phénomène dont le point culminant reste la crue de 2008 dont l’importance des dégâts a fait déplacer les communautés riveraines du Fleuve. Ils ont précisé que cette fois-ci, l’eau n’est pas arrivée dans les habitations mais a envahi les champs des populations qui de part et d’autres du fleuve interagissent beaucoup. Cette situation accroit également les risques d’incidents malencontreux du fait de la traversée des eaux par la population en cette période de crue.  

Après Tokpli, la délégation s’est rendue dans la localité de Gogo Kondji où le débordement des eaux près des habitations a été constaté. Là-bas, le point focal de la Croix-Rouge a devant les inquiétudes de la délégation, rassuré que les dispositions sont chaque fois prises pour sensibiliser les parents à être de plus en plus vigilants afin de se prémunir de toute situation pouvant mettre en danger leurs enfants. Par ailleurs, il a énoncé le besoin d’avoir des zodiaques pour faciliter les mouvements des populations lorsque les voies terrestres deviennent totalement impraticables. 

La délégation a achevé sa première journée de visite en se rendant à Agomé Glozou. Elle a été accueillie par le Préfet du Bas Mono qui a pris lui-même les devants pour la visite. A ce niveau, le constat a été le même. Les eaux ont envahi les champs et les habitations de certaines populations. Le maire et la délégation de l’ANPC ont précisé que ces populations ont constamment été invitées à rejoindre d’autres sites à l’abri des inondations mais restent réticentes. Des campagnes de délocalisation et de dédommagement ont été menées mais force est de constater que les populations sont restées dans les zones inondables. Ce fut l’occasion pour les autorités administratives de sensibiliser à nouveau ces populations en les invitant à rejoindre sans délai les sites non inondés prévus pour leur relocalisation. 

Le DG de la CEB a sensibilisé les populations sur la nécessité de se conformer aux injonctions faites par les autorités administratives dans le cadre de leur relocalisation pour leur propre bien. Il a par ailleurs encouragé les réflexions en vue de tirer un meilleur profit de ces eaux qui sans nul doute constituent une richesse si elles sont mieux appréhendées. Il a précisé que l’intérêt de cette visite réside aussi dans le fait qu’elle va permettre d’approfondir les réflexions avec l’implication des techniciens pour faire de ces situations, des opportunités pour les communautés. Il n’a pas manqué de rappeler le rôle clé que joue le barrage de Nangbéto dans la gestion desdites eaux qui créeraient davantage de dégâts s’il n’y avait pas de digue pour les retenir et en laisser passer une certaines quantités seulement lorsque les capacités de rétention sont atteintes. Les représentants de l’ABM et de l’ANPC ont eux aussi rappelé aux populations la nécessité de se conformer aux indications afin d’éviter toute situation dramatique surtout pour les plus jeunes qui ne prennent pas forcément la bonne mesure du danger. Le DG de l’ABM a insisté sur les initiatives en cours au niveau de l’Autorité du Bassin du Mono et la nécessité de mettre en place une politique de reboisement des rives du Mono

 Deuxième journée (23 septembre 2022) :

La deuxième journée de la tournée a conduit la délégation à la préfecture des lacs. En présence du Préfet qui a aussi salué cette initiative, première du genre depuis sa nomination à la préfecture. Il a remercié la CEB pour l’initiative et a souhaité que les constats participent à approfondir les réflexions pour faciliter le quotidien des populations. 

La délégation a ensuite pris la route d’Agbanakin. Elle a marqué un arrêt  dans un des villages d’Agouégan pour mieux s’enquérir auprès des populations, des dispositions qu’elles prennent en cette période où leurs habitations sont inondées. Elle a pu constater que des abris de fortunes ont été érigés le long de la route par ces populations qui ont affirmé leur intention de retourner dans leur maison dès que les eaux seront parties.

A Agbanakin, la délégation a pu constater le débordement des eaux dans les habitations, le centre de santé et les écoles. Les populations par la voix de leur représentant, ont souhaité que les structures impliquées dans la gestion du Fleuve Mono puissent être leur porte-parole auprès des gouvernants afin que des solutions durables soient trouvées en leur faveur devant la récurrence de ces inondations. Elles n’ont pas manqué d’énoncer les problèmes liées à l’inondation de leurs champs et les difficultés d’alimentation auxquelles elles sont de plus en plus confrontées.

Le DGA de la CEB les a exhortées à respecter les consignes données par les services de la protection civile. Il a déploré l’impact négatif de ces eaux sur les cultures qui se retrouvent dévastées tout en précisant le rôle clé du barrage dans la réduction de cet impact à travers la rétention des eaux au niveau de Nangbéto dans la limite des capacités du barrage. Il a remercié l’ANPC et la Croix rouge pour les initiatives fructueuses menées auprès des populations dans le cadre de la sensibilisation et des bonnes pratiques afin d’éviter des situations dramatiques. 

La CEB envisagera les mesures possibles afin d’accompagner autant que faire se peut, les gouvernements du Bénin et du Togo dans la gestion de ces catastrophes qui touchent les populations de part et d’autre de la frontière.

Vous aimez cet article
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur WhatsApp
Partager sur Telegram
Laissez un commentaire
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x